Curriculum Vitæ: Français / Portugais

  Originaire de Curitiba, dans l’Etat de Parana au Brésil, Liane a toutefois vécu treize années de son enfance à Pato Branco, où elle remarque sa passion pour les Arts Plastiques.

 

Pendant son adolescence,  soutenue par sa famille,  par sa tante journaliste Juril Carnascialli, elle fréquente des cours d’artistes de Curitiba et développe des techniques de peinture à l’huile et dessin. C’est alors qu’apparaissent de nombreuses opportunités pour elle, de dévoiler son talent lors d’expositions au Brésil : la « Mostra Pirelli Jovem du Masp de São Paulo » et « la Collective du Centre Culturel Brésil/EUA» entre autres.

 

En 1988, elle se marie avec un jeune français, et s’installe avec lui à deux pas de Paris, à Jouy-en-Josas.

 

Dans cette région où l’art est omniprésent et devenu une activité répandue, elle décide de transformer sa passion en véritable métier. Ainsi, après une pause pour deux maternités entre 1990 et 1993, elle découvre la Céramique, et le travail de la matière en trois dimensions, qui l’amènent à de nouvelles perspectives. Par la suite, elle reprend le pinceau, et participe aux cours de l’Union Centrale des Arts Décoratifs du Louvre, pendant trois années, ainsi qu’à des ateliers d’artistes renommés tels Ewa Rzeznik ou Alain Hornung.

Elle affirme progressivement sa technique, et expose  de manière régulière aux « Peintres du Josas » dans sa ville ; à « Formes et couleurs » en banlieue parisienne en 1999 ; au Salon Nature et Animaux de Paris en 2001…

 

En 1998, Liane s’attaque à un nouveau genre : la réalisation d’un décor de spectacle de danse. Il s’agit en fait d’un gala ayant lieu tous les deux ans, en juin, réalisé par l’école de danse de Buc. Et cette collaboration entre Liane et l’école a lieu jusqu’à aujourd’hui.

En 2005, Liane fait un voyage en famille au Brésil, dans la région équatoriale du Pantanal. Là-bas, les paysages marécageux, sauvages, et particuliers lui donneront un nouvel élan. Progressivement, le carnet de voyage se dessine : les Ypés, arbres roses flamboyant au milieu d’une végétation sèche, qui trônent dans les champs de bétail ; les perroquets Arara, grands oiseaux capricieux, qui exhibent fièrement leur robe jaune doré et bleu azur ; les « Galos Campina », petits oiseaux malicieux, qui dialoguent ensemble de façon incessante, mais drôlement mélodieuse ; et beaucoup d’autres tableaux.

 

L'année de 2006 va marquer un tournant dans sa carrière.

 

En effet, elle se joint à quatre autres artistes de son entourage pour former leur propre exposition dans une salle de St-Rémy-lès-Chevreuses. Entre sculptures, céramiques, peintures, et patchworks, les passants s’arrêtent au « Cabaret du lys » pour admirer les œuvres des cinq artistes. Après le succès de l’exposition, diverses éditions se succèdent, en 2007 et 2008, pendant lesquelles d’autres artistes font leur apparition.

En janvier 2008, Curitiba « réclame » son artiste de retour dans sa ville natale, puisque sa collection du « Pantanal » a attiré l' œil de la galerie « Solar do Rosario ». Pour la première fois, elle expose seule, et ses tableaux reçoivent les compliments unanimes des visiteurs.

 

En octobre de la même année, Liane est sélectionnée pour participer au Salon de l’Automne de Paris grâce à son oeuvre « Évaporation ». Un mois plus tard, elle enchaîne avec le Marché d’Art Contemporain du Lyons Club à Montigny-le-Bretonneux, présentant sa spécialité : les peintures de basse-cour. Les poules, coqs, poussins, lapins, dindons et pintades y rencontrent un vif succès.

 

Sa dernière exposition, la plus importante, s’est déroulée à Paris, dans le quartier du Marais. Située entre le Centre Pompidou et les Arts et Métiers, la Galerie Art’Ung a accueilli les deux nouvelles collections de Liane en mai 2009: « Réflexion instinctive » et « les 4 éléments ». Pendant quinze jours, elle a pu réaliser un de ses rêves les plus chers: sa propre exposition au cœur de la « cité des Arts ».

 

Bien entendu, elle ne désire pas s’arrêter là. Sa prochaine collection se prépare, ses œuvres se cherchent, sa technique s’affine. Reste à trouver quel
« théâtre » accueillera Liane et ses « enfants ».

Mon CV

En français:

(Cliquer pour agrandir)


Em Português:

(Clique para ampliar)